Théorie

Sarah Vanuxem

Sarah Vanuxem

2022-2023
2022-2023

Après des études de droit et de philosophie à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Sarah Vanuxem a soutenu une thèse intitulée Des choses saisies par la propriété (préface de Th. Revet, Institut de Recherches Juridiques de la Sorbonne, 2012).

Maîtresse de conférences à la faculté de droit de l’Université Côte d’Azur depuis 2012, ses recherches se situent à la croisée du droit des biens et du droit de l’environnement, avec des incursions en philosophie environnementale, en anthropologie de la nature et en histoire du droit.

Elle a codirigé, avec C. Guibet-Lafaye, l’ouvrage Repenser la propriété, un essai de politique écologique (Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2015), écrit divers articles et est, notamment, l’autrice de deux essais : La propriété de la terre (Wildproject, 2018) et Des choses de la nature et de leurs droits (Quae, 2020).

Le projet de recherche qu’elle mène à la Villa Médicis s’intitule : Du droit de déambuler. Réécrire les fictions juridiques à l’âge de l’anthropocène et s’appuie sur l’étude du droit à déambuler en réponse aux bouleversements écologiques.

Pour ce faire, elle prévoit de tenir un journal d’arpentage dans la langue du droit, de fabriquer des outils juridiques pour favoriser les droits de passage et d’écrire une science-fiction juridique. À l’opposé de la sédentarité généralisée et favorisée par nos sociétés industrielles, Sarah Vanuxem réinterprètera les règles du droit à partir de cette fiction dans laquelle nous serions tous nomades.

Parce que le droit d’arpenter la terre est souvent revendiqué par certains collectifs, elle suivra notamment le mouvement des beni comuni ou « biens communs » italiens, avec une enquête sur l’arrêt « Villa Borghese versus Rome », par lequel le ius deambulandi fut reconnu aux citadins romains en 1887. Elle rejoindra également le groupe pionnier d’artistes-marcheurs romains « Stalker ». Pour Wildproject, elle préparera un livre articulé autour des thèmes suivants : « vagabonder », « chasser, cueillir, pêcher, glaner », « transhumer », « se promener », et « fuir et se réfugier ».

 

© Nolwen Blod