Écrivain

Bertrand Schefer

Bertrand Schefer

2009-2010
2009-2010

Bertrand Schefer
Période: 2009-2010
Profession: Ecrivain Bertrand Schefer est né en 1972 à Paris.
 » Pour commencer une ligne de textes – ou constitution d’une bibliothèque idéale – qui est l’histoire d’une mutation poétique de la philosophie. Ce faisant, découverte d’une généalogie de la mélancolie, depuis la Renaissance jusqu’à Antonioni. Enfin des traversées qui mettent en échec les systèmes de pensée (chaque fois, des encyclopédies impossibles : Pic de la Mirandole, les Théâtres de mémoire, Leopardi) et transforment peu à peu le savoir en images, la mémoire en matière visible et l’oubli en espace littéraire. Une genèse pour une pratique de la littérature et du cinéma aujourd’hui. Alors le travail commence : comment et jusqu’où une fiction (roman ou scénario) peut-elle se rendre maître de cette mémoire défaite. Peu d’autobiographie donc, mais plutôt : anachronisme, ellipse, dissolution du sujet.  » Philosophe de formation (Sorbonne/CNRS), il s’est d’abord consacré à la redécouverte de grands textes inédits de la Renaissance italienne, traduisant, éditant et commentant des auteurs tels que Marsile Ficin (
Quid sit lumen , 1998), Pic de la Mirandole (
Les Neuf cents Conclusions , 1999) ou encore Giulio Camillo (
Le Théâtre de la mémoire , 2001). En 2003, il achève la première traduction française du
Zibaldone de Giacomo Leopardi pour laquelle il reçoit les prix Italiques et Laure Bataillon classique. Il travaille à la Fondation Cartier pour l’art contemporain au début des années 2000 et intervient dans diverses revues d’art et catalogues d’exposition, ainsi que dans de nombreux colloques, émissions radiophoniques ou films à propos de la littérature et du cinéma (Arte, INA, France Culture, Institut Français d’Architecture, Institut Culturel Italien, CNRS, Revues parlées Centre Pompidou – IMEC, Galerie nationale du Jeu de Paume…). Il est lecteur au sein de l’Unité Fictions d’Arte France de 2004 à 2009. En tant que scénariste, il co-écrit régulièrement avec Valérie Mréjen et a récemment collaboré avec Philippe Grandrieux.
L’Age d’or , son premier roman, a paru en 2008 aux éditions Allia. Il prépare actuellement un livre sur Antonioni et un nouveau roman. Viatique pour la Villa Médicis :
Nous poursuivons à travers la mer immense une Italie qui sans cesse se dérobe… (Virgile,
Enéide , V, 630)
… et il m’est doux de m’abîmer en cette mer. (Leopardi,
L’Infinito )