Photographie

Yasmina Benabderrahmane

Yasmina Benabderrahmane

2022-2023 https://yasminabenabderrahmane.com/
2022-2023

Yasmina Benabderrahmane est diplômée de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris en 2009 et du Fresnoy – Studio national des arts contemporains de Tourcoing en 2015.

Elle travaille le film et la photographie argentique de manière expérimentale.

Sa pratique artistique instinctive se situe à mi-chemin entre le documentaire et le journal filmé, et prend principalement la forme d’installations multimédias. Elle collecte et sonde le monde visible et les personnes qu’elle aime et qui l’entourent.

Son travail a été exposé dans de nombreuses expositions internationales et intègre des collections aussi bien privées que publiques. Elle reçoit en 2018 le Prix Solveig-Anspach et se distingue Révélation Photographie – Lauréate du Prix LE BAL de la Jeune Création 2019 avec l’ADAGP.
Elle remporte en 2021 la commande photographique nationale « Regards du Grand Paris – Année 6 » (CNAP – Ateliers Médicis).

Son projet de recherche repose sur la découverte avec sa tante, il y a quelques années, de trente ans d’archives de photographies diapositives données par des sœurs dominicaines. Elle apprend qu’elles seront expulsées de leur couvent francilien. Qu’au Vatican, les nonnes protestent contre leurs conditions de travail. Qu’il y en a même qui se reconvertissent « hospitalières » et s’engagent socialement. Une légende du IXe siècle raconte que la papesse Jeanne aurait accédé à la papauté en se faisant passer pour homme ; et son imposture révélée lorsqu’elle accoucha en place publique pendant son sacrement.

Pour Yasmina Benabderrahmane, derrière tout cela se cache l’idée qu’une femme vaut moins qu’un homme, qu’un prêtre est tout, une nonne rien. Elle observe le travestissement d’abord comme une tentative de transgression des genres et de l’ordre imposé. Ces questions de mascarades et de révélation l’amènent à réfléchir la tradition du carnaval dans l’accès au divin. Pour réaliser le projet de résidence « CARNE VALE, lotta lavora come un fascista », elle suivra une communauté pour mieux révéler des minorités, et cherchera à dévoiler la lumière.

 

© Laure Salmona