Architecte

Elisabeth Essaïan

Elisabeth Essaïan

2008-2009
2008-2009

Elisabeth Essaïan
Période: 2008-2009
Profession: Architecte Elisabeth Essaïan est architecte, diplômée de l’Ecole d’architecture de Paris-Belleville en 1996. Après son diplôme, consacré à Oradour-sur-Glane, elle réalise en 1997 une exposition sur la reconstruction du nouveau bourg et une étude urbaine sur le réaménagement de ce site historique et de ses abords. Elle s’oriente ensuite vers la recherche en menant une thèse consacrée au Plan général de reconstruction de Moscou de 1935. Soutenu en 2006, ce travail a été récompensé en 2007 par deux prix : le prix de la thèse sur la ville et le prix de la thèse en architecture de l’Académie de l’Architecture. Il est en cours de réécriture en vue de sa publication aux éditions Parenthèses. Depuis 1997 Elisabeth Essaïan a enseigné le projet et l’analyse architecturale et urbaine dans diverses écoles d’architecture (EA Paris-Belleville, EA de la Ville et du Territoire, EA de Normandie). Elle a également participé au projet pédagogique de l’Ecole Nationale Supérieure de Paysage de Versailles, collaboré à divers programmes de recherche urbaine à l’EHESS et l’ENS de Paris et a fait partie de l’équipe muséographique de la Cité d’Architecture et du Patrimoine. Ses principaux axes de recherche concernent les questions de circulation des modèles, de relations entre les acteurs politiques et professionnels, de transformations morphologiques, de processus de fabrication de projets architecturaux et urbains et du vocabulaire de la ville. La recherche proposée pour la Villa Médicis est consacrée aux voyage des architectes soviétiques en Italie durant les années Trente, dans le contexte d’élaboration des plans d’urbanisme de Moscou et de Rome. Une partie des résultats de ce travail a été présentée lors du colloque co-organisé avec Marylène Malbert, “Pourquoi l’Italie? Arts visuels et architecture: la place de l’Italie au XXe siècle” qui s’est tenu à la Villa Médicis du 12 au 14 mars 2009. Le projet devrait se poursuivre par une exposition, à partir des fonds d’archives graphiques conservés au Musée de l’architecture de Moscou, le musée Chtchoussev.