Cinéaste

Clément Cogitore

Clément Cogitore

2012-2013
2012-2013

Clément Cogitore
Période: 2012-2013
Profession: Né en 1983, Clément Cogitore vit et travaille entre Paris et Strasbourg. Il explore dans son travail la frontière entre cinéma et art contemporain. Au travers de films, vidéos, photographies et installations, son travail questionne la mémoire collective, la représentation du sacré et de manière plus générale la cohabitation des hommes avec leurs images. Ses films ont été sélectionnés dans de nombreux festivals internationaux (La Quinzaine des réalisateurs à  Cannes, les festivals de Locarno, Lisbonne, Montréal…) et ont été récompensés à plusieurs reprises. Son travail a également été projeté et exposé dans de nombreux musées et centre d’arts (au Palais de Tokyo et au Centre Georges Pompidou à Paris, à la Haus der Kultur der Welt de Berlin, au Museum of fine arts de Boston…).

Le front du Wakhan Un long métrage de Clément Cogitore SYNOPSIS « Après des combats éprouvants dans la banlieue de Kaboul, le capitaine Antarès Bonassieu et ses hommes sont affectés à une mission de surveillance dans une vallée frontalière du Pakistan. Loin du front et des combats, à force de surveiller un espace désertique dans lequel rien ni personne ne surgit, les hommes s’enlisent dans l’attente et l’ennui. Jusqu’à ce que par une nuit de septembre, des soldats se mettent à disparaître mystérieusement dans la vallée. La peur de la disparition va alors peu à peu remplacer chez les soldats la peur de la guerre. »

« Et tu les croyais éveillés,
alors qu’ils dormaient. » Le Coran IV.7 «
Le front du Wakhan est un film sur la naissance de la foi et la cohabitation des hommes avec le sacré. Il y est question d’une confrontation entre un ordre militaire, occidental, régi par un certain nombre de procédures, de protocoles, et un ordre invisible dont le fonctionnement va pour une raison mystérieuse en perturber les règles. Il y est question d’un « élément mystique » qui va opposer une résistance à l’investigation, à l’expérience et à l’esprit. Le film raconte très simplement la rencontre d’un groupe de soldats avec cette résistance et les expériences militaires, physiques et spirituelles qui en résultent. Le récit développe une suite de réactions extrêmement concrètes face à un phénomène inexplicable, dont les protagonistes vont être peu à peu amenés à prendre en compte la portée irrationnelle. Après avoir réagi à des faits, et n’ayant rien réussi à en conclure, les personnages vont progressivement réagir à ce qu’ils considèrent comme des signes, et basculer ainsi du domaine du protocole à celui de la foi. Il s’agira alors, à défaut de pouvoir comprendre et résoudre cet ordre invisible, de trouver les termes d’une coexistence. »