Designer

Ramy Fischler

Ramy Fischler

2010-2011
2010-2011

Ramy Fischler
Periodo: 2010-2011
Professione: Designer Le rapport opposition / attraction qu’entretiennent les univers de la création et de l’industrie m’a toujours passionné. L’époque actuelle est particulièrement inédite en la matière. On assiste à un rapprochement certain entre les disciplines artistiques et les secteurs de la production à travers l’exploitation commune des nouvelles technologies dans les domaines de la conception, de la fabrication et des supports de diffusion. Artiste, créateur, artisan ou industriel, tous sont contraints de se questionner sur l’usage de ces nouveaux outils et d’évaluer les avantages et les inconvénients que ces derniers procurent à leur travail. Tous évaluent encore la manière dont leur production est perçue et la façon dont celle-ci interagit avec les utilisateurs, les spectateurs ou les visiteurs. Chaque discipline, qui fait évoluer ses outils et sa démarche, se doit aussi de repenser le rapport à son environnement, spatial (lieu de travail, lieu de fabrication, lieu de diffusion) et humain (commanditaire, sous-traitants, clients, visiteurs ou spectateurs). De ces mutations, naissent de nouvelles habitudes, de nouveaux usages, de nouveaux besoins, matière à réflexion pour le designer. Mais plus encore que les raisons qui poussent ces secteurs à faire évoluer leurs techniques, leur pratique et, de fait, leur mode de travail, c’est la manière dont ces mutations sont accueillies que je souhaite explorer à la Villa Médicis. Au sein de ce lieu, à la fois empreint d’histoire et de vie, qui a vu les disciplines artistiques académiques se transformer et naître de nouveaux profils de créateurs, la notion d’« accueil », comme ligne directrice de ma recherche m’a semblé idéale. La Villa est à la fois un puits d’histoire du passé et un terrain d’exploration unique pour analyser la place et le statut de la création contemporaine -au travers des phénomènes d’interactions, de convergence ou d’opposition qui animent la relation entre les artistes, le lieu qui les accueille et les visiteurs. L’accueil est un enjeu majeur pour les institutions, privées comme publiques. Non seulement il exprime leur nature et leur identité, mais aussi l’évolution des mœurs et des technologies. Les lieux d’accueil restent les rares endroits physiques et pénétrables dédiés au partage et au dialogue, où la vie se met en scène et s’expose. Le sujet me semble donc d’actualité, et fera sans nul doute émerger des réponses nouvelles qui feront sens au sein de la résidence.