Historien de l'art

Sara Vitacca

Sara Vitacca

2019-2020
2019-2020

Sara Vitacca, née à Brescia en 1988, vit et travaille à Paris. Après avoir obtenu son baccalauréat en Italie en 2007, elle a étudié l’histoire de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Elle a soutenu en 2018 une thèse de doctorat intitulée Un mythe à l’œuvre : la réception de Michel-Ange entre 1875 et 1914, menée sous la direction de Pierre Wat. Lauréate de la bourse Daniel Arasse en 2017, elle a été chargée de cours en histoire de l’art à l’Université Paris 1, puis A.T.E.R. à l’ENS de Lyon et a également enseigné à l’Université Catholique de l’Ouest et à l’Institut National du Patrimoine. En 2016 elle a été co-commissaire et auteur du catalogue de l’exposition Bacchanales Modernes ! Le Nu, l’ivresse et la danse dans l’art français du XIXe siècle, présentée au musée des Beaux-Arts de Bordeaux et au Palais Fesch, musée des Beaux-Arts d’Ajaccio, et a édité en 2018 les actes du colloque accompagnant l’exposition. Ses recherches et ses publications portent sur la peinture, la sculpture et l’historiographie de l’art du XIXe siècle, ainsi que sur la réception des modèles antiques et renaissants à l’époque contemporaine. Son projet de résidence à la Villa Médicis s’intéresse aux représentations du nu masculin dans l’art italien du début du XXe siècle, dans l’oeuvre d’artistes tels que Aristide Sartorio, Adolfo de Carolis, Edoardo Gioja ou Hendrik Christian Andersen. Elle étudie la construction du corps viril et héroïque dans la peinture et la sculpture monumentales de l’époque, afin d’interroger les enjeux idéologiques, sociaux et politiques du réinvestissement du corps masculin.
En parallèle de ce projet, elle développe une série de podcasts destinés au grand public, consacrés à l’art du XIXe siècle et aux histoires oubliées de la Villa Médicis.