Cinéaste / Plasticien

Lola Gonzàlez

Lola Gonzàlez

2018-2019 http://lola-gonzalez.com/
2018-2019

Biographie
Lola Gonzàlez est née en 1988 à Angoulême, diplômée des Beaux-Arts de Lyon en 2012. Elle est résidente du Pavillon Neuflize OBC en 2016/2017 le laboratoire de création du Palais de Tokyo, résidente de la Coopérative de recherche de l’ESACM Clermont Ferrand en 2017/2018, et résidente de la Flax Foundation à Los Angeles en 2017. Le Palais de Tokyo a présenté son travail à plusieurs reprises dans ses murs  – Festival DO DISTURB 2 (2016) ; exposition collective « All that Falls » (2014) – et dans le cadre de l’exposition hors les murs du Pavillon à Athènes, en parallèle de la Documenta 14 (« Prec(ar)ious collective », Grèce, 2017). Des expositions personnelles de son travail ont été organisées au Crédac, à Ivry-sur-Seine (France, 2017) au centre d’art contemporain Passerelle, à Brest (France, 2016), au MAC, Lyon ( France 2017). On a également pu découvrir ses œuvres au sein de plusieurs expositions collectives, notamment au Centre Pompidou, dans le cadre du festival Hors Pistes (Paris, France, 2014) ; à l’Institut d’art contemporain de Villeurbanne (France), dans le cadre de Rendez-vous/Biennale de Lyon 2015 ; au Kunstverein Sparkasse, à Leipzig (Allemagne, 2014) et à La Galerie de Noisy-le-Sec (France, 2014). Elle est lauréate du Prix Meurice pour l’art contemporain 2016, nominée au Prix Ricard 2017 et est représentée par la galerie Marcelle Alix, Paris.

Projet 
Anouk, Alex, Luca et les autres est un projet d’écriture de scénario cinématographique de long-métrage racontant la trajectoire de trois jeunes européens : une française, un grec et un italien que la réalité va venir assommer chacun à leur manière et dans leurs pays respectifs. Une fois passés les différents drames, leurs corps sont échoués sur la plage d’une île surnaturelle. Leurs corps sont récupérés par des personnes polyglottes et transportés dans la chambre d’une étrange maison. Anouk, Alex et Luca se réveillent mutiques, seul un balcon leur permet d’accéder au monde extérieur. Via les paysages qu’ils voient se succéder de ce point de vue, leurs encadrants vont les confronter à de violentes épreuves qui les amèneront à redécouvrir ce que chaque choix peut engager, pour soi et pour les autres. Peu à peu ils ont la capacité de comprendre et parler la langue de quiconque rencontré sur l’île. Ils vont comprendre que cette maison est remplie d’individus qui ont traversé les mêmes épreuves qu’eux et qu’ils vont eux-même devenir encadrants. Une armée se forme, vivre dans cette maison est comme la signature d’un pacte, la construction d’un monument aux morts passés et à venir. Reste à savoir s’ils sauront reconnaitre ce qui est mise en scène, ou dure réalité.