Centre Grame de Lyon

PROGRAMME Oeuvre de Gianvincenzo Cresta : Exspirare , pour voix et violoncelle ; texte d’Emilia Bersabea Cirillo ( Création mondiale) Oeuvre de Jean-François Estager – James Giroudon : Pierre blanche , pour voix, violoncelle et électronique ( Créationmondiale) Oeuvre de Fausto Sebastiani : Les ymages , pour voix, violoncelle et électronique ; texto di François Villon (Création mondiale) Oeuvre de Franck Bedrossian : Procession , pour alto et électronique (2006) (Commande du Grame) Benjamin Carat, violoncelle Christophe Desjardins, alto Cécile Dibon-Lafarge, soprano José Miguel Fernandez, technicien du son Cycle de trois concerts organisé en collaboration avec l’Académie de France à Rome – Villa Médicis et le Centre Grame. Christophe Desjardins est investi avec constance et passion dans le répertoire contemporain pour l’alto dont il continue de donner des lectures impressionnantes, notamment avec l’Ensemble Intercontemporain auquel il est rattaché depuis 1990. Son engagement au plus haut niveau de l’écriture musicale est profondément lié à un goût pour l’innovation, l’expérimentation et la recherche. C’est dans ce contexte qu’il a élaboré avec le Grame un programme de résidences qui, sur les deux années 2006 et 2007, aboutira à quatre créations dont « Processions » de Franck Bedrossian, créée lors de la Biennale « Musiques en Scène » en mars 2006 à Lyon. Le violoncelliste Benjamin Carat poursuit depuis plusieurs années au sein du Grame un répertoire pour le violoncelle et l’électronique, partageant un même goût pour les nouveaux outils de composition, à la recherche de modes de jeux innovants. C’est dans ce contexte de résidences associant solistes et compositeurs que les nouvelles oeuvres de Jean-François Estager, James Giroudon et Fausto Sebastiani ont été élaborées ; elles seront données en Première mondiale lors de ce concert de Benjamin Carat aux côtés de la soprano Cécile Dibon-Lafarge. Ce programme, qui sera ensuite présenté le 3 février à Avellino et à Lyon le 1er mars, marque la collaboration entre l’Académie de France à Rome – Villa Médicis et le Grame. Le Grame, centre national de création musicale – Lyon Crée en 1982 par Pierre Alain Jaffrenou et James Giroudon et labellisé « centre national de création musicale » en 1996, le Grame a pour mission de favoriser la conception et la réalisation d’oeuvres nouvelles, d’en assurer la diffusion par l’accueil de compositeurs en résidence, de contribuer au développement de la recherche scientifique et musicale et de construire les passerelles nécessaires entre la création et le public qui la reçoit. Depuis 1992, le Grame produit chaque année en mars « Musiques en Scène », manifestation pluridisciplinaire consacrée à la création musicale et qui, depuis 2002, est devenue biennale, alternant avec les « Journées Grame ». Doté d’un laboratoire de recherche, de deux studios de composition et d’une équipe de compositeurs et interprètes associés, Grame produit chaque année avec l’ensemble des compositeurs invités en résidence une vingtaine de créations mondiales (oeuvres mixtes, théâtre musical, événements publics, installations sonores), en plus de nombreuses initiatives internationales dans les domaines de la création, de la recherche et de la formation qui sont régulièrement organisées avec des partenaires étrangers (Amérique du Nord, Chine, Europe). Benjamin Carat, violoncelle Benjamin Carat privilégie l’interprétation d’oeuvres nouvelles nées d’une étroite collaboration avec les compositeurs lors du processus de création. S’employant à développer un nouveau répertoire pour son instrument, il concentre son travail sur la musique mixte et sur les nouvelles techniques du jeu instrumental. Il travaille avec de nombreux compositeurs, tel Frédéric Pattar, Robert Pascal ou Jesper Nordin, avec le soutien du Grame, de l’Ensemble Sillages et de l’association Piezzomusik. Il se produit en Chine, en Europe, au Canada, et conçoit diverses actions pédagogiques en direction des jeunes publics et des jeunes interprètes afin de les sensibiliser à la musique d’aujourd’hui. Il enseigne à l’École Nationale de Musique, de Danse et d’Art Dramatique de Brest. Christophe Desjardins, alto Il a crée en soliste des oeuvres de Boulez, Boesmans, Jarell, Levinas, Stroppa, etc. Après avoir été alto solo au Théâtre de la Monnaie de Bruxelles, Christophe Desjardins est maintenant membre de l’Ensemble Intercontemporain et joue également comme soliste avec des orchestres comme le Concertgebouw d’Amsterdam ou l’Orchestre National de Lyon. Citons dans sa discographie Diadèmes de Marc-André Dalbavie, sous la direction de Pierre Boulez, Surfing de Philippe Boesmans, ou bien encore Elettra d’Ivan Fedele pour alto et électronique et Assonnance IV et …some leaves II… de Michael Jarell. Afin de faire découvrir et percevoir autrement la musique, il crée des spectacles avec d’autres arts (poésie, danse, vidéo). Christophe Desjardins joue un alto de Capicchioni. Cécile Dibon-Lafarge, soprano Elle commence l’apprentissage de la musique en 1976 à l’âge de 6 ans par le piano et la formation musicale au Conservatoire National de Région (CNR) de Limoges où elle suit des cours de chant avec Henriette Chrysostome. En 1992, elle entre dans les cours de chant du CNR de Lyon où elle remporte la médaille d’or de musique de chambre, d’histoire de la musique en 1995 et enfin de chant en 1998. La même année, elle entre au Conservatoire National Supérieur de Musique (CNSM) de Lyon dans la classe de Brian Parsons puis d’Isabelle Germani jusqu’en 2003, année durant laquelle elle remporte le Diplôme National d’Études Supérieures de Musique. Elle a eu l’occasion de chanter comme soliste sous la direction de Joël Suhubiette, étant également membre de son ensemble « Les Éléments ». A Lyon où elle réside, elle chante sous la direction de Bernard Tetu au sein de l’ensemble « Les Solistes de Lyon » qui propose des productions de musique de chambre. Cécile Dibon-Lafarge est aussi soprano solo lors de concerts d’oratorio, sous la direction de Karine Locatelli dans l’« Ensemble Vocal de Valence » et d’Étienne Meyer avec la « Camerata de Bourgogne ». BIOGRAFIE des COMPOSITEURS Franck Bedrossian (né en 1971) Après des études d’écriture, d’orchestration et d’analyse au CNR de Paris, il étudie la composition avec Allain Gaussin et entre au CNSM de Paris, dans la classe de Gérard Grisey puis de Marco Stroppa. En 2002 – 2003, il suit le Cursus de Composition et d’Informatique Musicale de l’IRCAM (Paris) et l’enseignement de Philippe Leroux. Il complète simultanément sa formation avec Helmut Lachenmann. Ses oeuvres sont jouées en France comme à l’étranger par des ensembles tels que L’Itinéraire, 2E2M, Ictus, Cairn, l’Ensemble Intercontemporain, l’Orchestre National de Lyon. Il a reçu diverses bourses et remporté de nombreux prix, parmi lesquels le Prix Pierre Cardin de Composition Musicale en 2005. Il est actuellement pensionnaire de l’Académie de France à Rome – Villa Médicis, d’avril 2006 à mars 2008. Gianvincenzo Cresta (né en 1968) Compositeur et essayiste. Après avoir obtenu des diplômes en piano et composition, il étudie à l’Académie Chigiana de Sienne et à l’école de Musique de Fiesole. Il a écrit de nombreux essais sur la musique du XXè siècle. Ses pièces ont été jouées par de célèbres interprètes en Italie et à l’étranger, et également diffusées par Radio Brema et Rai Radio Tre. Il est titulaire de la chaire d’Harmonie Complémentaire auprès du Conservatoire “N.Piccini” de Bari. Il a fondé en 1991 l’Académie Internationale de Musique « W. Kandinsky », et est aujourd’hui le Directeur artistique du festival “Musica in Irpinia”-Rétrospective Internationale de Musique Contemporaine. Jean-François Estager (né en 1949) En 1983, il devient le compositeur permanent au Grame où il développe des actes de formation, d’initiation et de création à caractère pédagogique auprès des écoles. Il est actuellement responsable artistique et pédagogique d’une unité de valeur (musique/image) à l’université de Caen. Il écrit des oeuvres pour le concert, les musiques électroacoustiques, instrumentales et à dispositifs numériques. Il collabore avec différents solistes de musique improvisée avec qui il expérimente des dispositifs de musiques interactives. Il a reçu le Prix de l’Académie du Disque Français en 1989 pour le disque collectif Grame/Musiques numériques. Il continue de poursuivre et d’approfondir une démarche compositionnelle de co-écriture avec James Giroudon. James Giroudon (né en 1954) Diplômé en histoire de l’art, en sociologie et en sciences de l’éducation à l’université de Lyon. Il a suivi les cours de Pierre Schaeffer et de Guy Reibel au CNSM de Paris. Il a enseigné à l’École Normale de Musique de Saint-Étienne entre 1982 et 1990 où il a créé la section de musique électroacoustique, et enseigne depuis 1992 à l’université de Caen. Il est le co-directeur du Grame à Lyon qu’il fondait en 1981 avec Pierre-Alain Jaffrenou, et a initié le festival « Musiques en scène ». Ses oeuvres ont été créées par des nombreux ensembles parmi lesquels Aleph, l’ensemble instrumental de Grenoble, les Percussions Claviers de Lyon, 2E2M, etc. Elles sont régulièrement jouées à l’étranger dans le cadre des tournées de concerts du Grame et d’invitations à des festivals. Fausto Sebastiani (né en 1962) Il s’est formé à la “Scuola Sperimentale di Composizione” avec Mauro Bortolotti et en musique électronique avec Riccardo Bianchini au sein du Conservatoire Santa Cecilia de Rome. Il a suivi le cursus biennale de l’Académie Musicale de Città di Castello tenu par Salvatore Sciarrino et des séminaires de composition avec Elliot Carter, Iannis Xenakis et Brian Ferneyhough aux Ferienkurse de Darmstadt ; il s’est également perfectionné en « Computer Music » au C.S.C. di Padoue et à ‘Académie d’été de l’IRCAM à Paris. Son travail se concentre sur un contrôle global de tous les paramètres sonores observés sous l’aspect unifiant de la perception : la hauteur, l’intensité et le timbre ne sont pas pris en compte séparément mais saisis dans leur structure unitaire. Il a toujours estimé que ne travailler que sur les hauteurs révèle un principe de cohérence illusoire puisque dès lors la composition tout entière évolue à travers le contrôle exclusivement quantitatif du son. Une approche de la musique qui lui a valu en 1988 de remporter le concours de la Foundation Gaudeamus d’Amsterdam pour son oeuvre Eco pour piano. En 2006, il est invité par le Centre Grame de Lyon pour une résidence. Il enseigne au Conservatoire de Benevento et est membre de l’association Nuova Consonanza.

Partager